+41 78 617 89 78​   zen@kbzen.ch
Follow us

Troubles Anxieux

Troubles anxieux   Crise d’Angoisse   Crise de Panique   Céphalées ± aura

Aujourd’hui, comme presque tous les jours, vous êtes anxieux. Cette anxiété est là, tapie dans l’ombre, toujours présente, parfois un peu plus palpable que d’habitude, parfois moins, sans jamais complètement disparaître, du moins jamais plus que le temps d’un moment.

Pour les personnes souffrant de panique et de troubles anxieux, la vie de tous les jours peut être plus difficile à vivre qu’on ne l’imagine… et le tout peut être d’autant plus difficile à vivre lorsqu’on a l’impression que personne d’autre ne comprend ce qu’on ressent…

Dans les troubles anxieux, l’inquiétude gravite autour des préoccupations familiales, financières, professionnelles et biensur celles de la santé. De plus, elle mobilise toutes les énergies de la personne et l’empêche d’affronter les situations anxiogènes.

Le souci est constant et ne laisse que peu de place à une activité mentale plus constructive. 

La personne a peu de contrôle sur l’inquiétude qui devient un moyen, qu’elle croit efficace, pour prévenir et éliminer le danger... Son focus est du coup sans cesse tourné vers le pire des scénarios !

  • Anxiété généralisée

  • Angoisse/Crise d’angoisse

  • Céphalées avec ou sans Aura

  • Attaque de panique

  • TOC (Trouble obsessionnel compulsif)

Une maladie psychique fréquente

S'exprime sous diverses formes 


1 personne sur 5 est touchée !

Un cercle vicieux 

troubles anxieux

Mieux comprendre 

Les Troubles Anxieux

L’anxiété est une émotion normale que nous ressentons tous à un moment ou un autre de notre vie. Mais parfois, elle devient envahissante et peut nous rendre vulnérable.

Nous sommes tous mal-à-l’aise face à l’incertitude de l’existence. 

Nous avons peur de tomber malade, de perdre des êtres chers, de perdre son travail, de ne pas réussir… Cette émotion est normale, et l’on peut considérer qu’elle joue un certain rôle dans notre capacité à nous adapter à ce qui nous arrive.

Cependant, les personnes souffrant de troubles anxieux connaissent une peur plus profonde. Nous faisons tous l’expérience de l’anxiété à un certain niveau, avec des symptômes physiques qui peuvent varier comme des maux de tête, des douleurs musculaires, de la fatigue + ou - intense, des insomnies, des sueurs, des palpitations, l'impression de mourir, etc..


Vos pensées deviennent vos peurs et vos peurs deviennent vos pensées.

Elles n’obéissent plus à la logique, elles deviennent envahissantes et vous rendent vulnérables. Il vous est alors difficile de trouver le sommeil, de vous concentrer. Votre esprit s’accroche à ces pensées et ces peurs à en devenir totalement irrationnel.

Vos proches ne comprennent pas toujours cette souffrance qui ne relève pas d’une anomalie observable ou d’un problème concret. 

Mais l’anxiété est bien là et vous gâche la vie.

En être obsédé peut donc avoir ses conséquences, selon une étude publiée dans la revue PLOS One, des chercheurs ont découvert que ruminer des pensées négatives est l’un des plus grands déclencheurs de dépression et d’anxiété.

Il faut savoir que le TAG compte parmi les troubles anxieux les plus répandus. D'après des études épidémiologiques le taux de prévalence sur la vie est de 4 % à 5,1 % de la population générale. 

Le taux de prévalence sur un an de l’Anxiété généralisée est d’environ 3 %.


On distingue les troubles anxieux de l’anxiété normale par la présence de plusieurs symptômes intenses, durables, qui entraînent un vrai mal-être et une gêne dans la vie de tous les jours, dans le travail ou les loisirs.

Ces troubles touchent environ 1 personne sur 5. Il en existe de plusieurs sortes:

La crise de panique ou le trouble panique

L’anxiété généralisée

L’anxiété / phobie sociale (peur intense du regard et du jugement de l’autre)

Les phobies agoraphobie (peur de la foule), claustrophobie (peur des espaces confinés), L’arachnophobie (peur des araignées), aérophobie (peur de l’avion), hémophobie (peur du sang), acrophobie (peur du vide) etc.

Les troubles obsessionnel-compulsif (TOC)

Les troubles de stress post-traumatique (TSPT)

Etc.


Il existe toujours une façon de surmonter l’anxiété avec différentes méthodes de traitement. Le tout est de trouver ce qui marche le mieux pour soi.

On peut s’en sortir, il n’y a pas de raison que quelqu’un « doive » souffrir autant !!

L’hypnose thérapeutique est une technique très intéressante pour traiter l’anxiété ainsi que la DMA (mouvements oculaires) ou encore l’EFT (emotional freedom technique). Grâce à ces thérapies brèves, il est possible de modifier en profondeur des modes de pensée et de comportement, ce qui garantit le maintien à long terme des effets de la thérapie.

Elles permettent de reprendre le contrôle sur son corps et de ses émotions.

Plus globalement, l’objectif est d’instaurer un état intérieur de sécurité, et cela passe par une amélioration de la confiance en soi.

Les suggestions de renforcement du moi peuvent être très efficaces.

Ces méthodes s’attellent aux causes de l’anxiété, immédiates et anciennes. Elles permettent de régler le trouble en profondeur, pour un meilleur maintien des résultats dans le temps.

La prise de médicament (sous contrôle médical) peut être bénéfique – cependant les médicaments anxiolytiques soulagent transitoirement l’anxiété mais exposent à la dépendance.

Si vous suivez un traitement médicamenteux, ne l’arrêtez pas sans un avis médical.


Des études ont montré que les troubles débutaient chez l’adulte jeune (de 18 à 35 ans) et parfois même chez l’enfant (anxiété de séparation, phobie sociale…).

Toutes les études montrent que les femmes sont 2 fois plus touchées que les hommes. En effet, 6,6 % des femmes, contre 3,6 % des hommes, déclarent avoir souffert de ce   problème à un moment de leur vie (Kessler et coll. - 1994). Cette particularité n’a pas d’explication unique et plusieurs hypothèses ont été avancées comme des particularités biologiques et hormonales, des facteurs sociologiques (le rôle social des femmes) ou psychologiques (sensibilité).

Les troubles anxieux touchent toutes les catégories sociales et toutes les origines. L’anxiété semble plus fréquente dans les villes, comparativement à la campagne. On attribue cela au stress des villes lié à l’urbanisation. La pollution également pourrait jouer un rôle sur le système neurobiologique de l’anxiété.


Chez l'adulte :

La personne éprouvant une anxiété généralisée le manifeste d’une manière disproportionnée en termes d’intensité, de fréquence et de durée (par rapport à l’événement redouté). Elle ne parvient pas à empêcher ses pensées anxiogènes de parasiter son attention portée à ses tâches en cours et éprouve des difficultés à interrompre son inquiétude. 

L’anxiété et les soucis peuvent provenir d’une inquiétude à propos de circonstances de la vie courante, comme : 

  • Des problèmes personnels/familiaux
  • Des problèmes financiers
  • Des responsabilités professionnelles trop lourdes
  • L’état de santé de ses proches
  • Des difficultés avec ses enfants
  • Ou des sujets plus mineurs (rendez-vous prochain, travaux à venir, examen à préparer, etc.).

Chez l'enfant :

L’enfant ou l'adolescent qui manifeste un état d’anxiété généralisé a tendance à s’inquiéter de manière excessive par rapport à ses propres compétences ou à la qualité de ses capacités et de ses performances, même si celles-ci ne sont pas évaluées par les autres. 

L’objet des soucis peut varier d’une préoccupation à une autre au cours de l’évolution du trouble. Ce trouble peut se manifester avec l’apparition d’un conformisme excessif, perfectionniste ou un manque de confiance en soi


L’anxiété généralisée se caractérise principalement sous la forme d’une anxiété et de soucis excessifs, suscitant une attente et des appréhensions. Ces troubles se manifestent généralement durant une période d’au moins 6 mois et impliquent plusieurs événements ou activités !

La personne parvient alors difficilement à contrôler ses préoccupations.

3 symptômes supplémentaires chez l’adulte accompagnent l’anxiété et les soucis parmi les troubles comprenant:

  • l’agitation, 
  • la fatigabilité, 
  • les difficultés de concentration, 
  • l’irritabilité, 
  • la tension musculaire,
  • la perturbation du sommeil.

Les personnes subissant un état d’anxiété généralisée ne sont pas toujours capables de qualifier l’intensité de leur trouble, mais évoquent une souffrance particulière provenant d’une préoccupation permanente, ne parviennent pas à prendre le contrôle de leur préoccupation, ou rencontrent une dégradation de leur sphère sociale, professionnelle ou d’autres domaines importants pour leur équilibre.



dans Blog
Préparation à l’accouchement
Préparation à l’accouchement Gestion du stress prénatal Renforcement du lien mère-enfant